Château Lagrange – Autres millésimes

Lagrange_2014

LE MILLESIME

Après un débourrement précoce de la vigne à la sortie d’un hiver doux, un régime climatique instable, constitué d’une succession d’épisodes pluvieux et orageux, rythme la période estivale, et ce malgré la deuxième quinzaine de juillet chaude et sèche. Une fois de plus le miracle bordelais a lieu et l’été indien arrive enfin. Un temps chaud et sec s’installe durablement à Lagrange avec seulement 7 mm de pluies cumulés sur 40 jours!

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

La couleur est sombre avec des reflets pourpres. Des arômes de fruits intenses tels que la cerise noire, le cassis et la framboise se mêlent aux notes finement boisées. Très délicat et élégant, l’attaque est souple et charnue avec une finale longue portée par des cabernets sauvignon racés. Un vin complet, complexe et harmonieux.

Lagrange_2013

LE MILLESIME

Un hiver froid et humide, suivi d’un printemps frais et pluvieux qui induisent une coulure sur les Merlots. Puis, des conditions estivales parmi les meilleures en 15 ans, avec un mois de juillet chaud et un mois d’août sec. L’été permet ainsi d’accélérer les phénomènes de maturation et de dégradation des composés aromatiques végétaux.

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

Couleur rubis. Le nez est très gourmand: on note la cerise, le bonbon acidulé, l’élevage en barrique est totalement maîtrisé et intégré pour ce millésime élégant. L’attaque est souple et ronde avec une certaine tension. Le niveau d’acidité renforce l’impression de fraîcheur. Très harmonieux et bien équilibré, il caractérise l’élégance des grands Saint Julien.

Lagrange_2012

LE MILLESIME

Un climat complexe marqué par le froid au mois de février, par une succession de vagues de sécheresse aux mois de mars, août, septembre, et par des pluies très intenses en avril, juin et octobre.

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

De couleur rouge sombre aux notes acidulées de cassis et de cerise noire, le nez est très expressif. La bouche est soyeuse, suave, presque onctueuse. Très harmonieux et équilibré ce vin séduit par son élégance caractéristique du millésime.

Lagrange_2011

LE MILLESIME

Un climat inhabituel avec des mois d’avril et mai exceptionnellement chauds et secs. Juin, juillet et août sont plus « océaniques », alternant périodes très chaudes et épisodes pluvieux. Septembre retrouve la clémence que nous avions ces dernières années.

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

Beaucoup plus accessible que le millésime 2010, Lagrange 2011 présente des notes de cassis et de cerise légèrement poivrées. Les notes boisées s’intègrent parfaitement avec une dominante moka et caramel. Il se révèle charnu à l’attaque, pourvu d’une acidité intéressante et d’une structure tannique tendue. La finale est longue, c’est un vin approchable assez rapidement mais au potentiel de garde remarquable.

Lagrange_2010

LE MILLESIME

Un climat inhabituel alliant sécheresse et fraîcheur, suivi d’un ensoleillement exceptionnel du mois de mai à fin octobre. Le cycle végétatif ralentit sur les dernières semaines à cause de la sécheresse, ce qui nous mena à des vendanges tardives; Le millésime 2010 est marqué par une concentration historique en tanins et par leur grande finesse.

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

Couleur profonde et intense, expression aromatique dominée par le fruit, notes toastées et vanillées. Au nez c’est l’impression de fraîcheur qui domine. Attaque en bouche très ferme, le milieu de bouche continue à monter en puissance avec une richesse tannique exceptionnelle. Tanins à la fois puissants, suaves et harmonieux.

Lagrange_2009

LE MILLESIME

2009, de manière surprenante, n’est pas une année très chaude (rien à voir avec la canicule de 2003) ou très sèche comme 2002 ou 2005. Néanmoins, l’arrivée d’un temps chaud entrecoupé d’averses correspond parfaitement aux besoins de la vigne en période de croissance. Excellentes conditions climatiques pendant les mois d’aout, septembre et octobre. La troisième décade de septembre et la première d’octobre ont même été les meilleures de l’année.

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

Au nez, des notes de mûre, cassis et réglisse. En bouche les tanins sont ceux que l’on attend d’un St Julien : puissants et racés. Une magnifique richesse de texture, en harmonie avec des arômes de cèdre et de truffe: un équilibre parfait pour ce vin qui possède l’une des plus larges fenêtres de dégustation.

Lagrange_2008

LE MILLESIME

Le printemps est marqué par des précipitations élevées et des températures plus fraîches que les normales de saison. Le mois de juillet est chaud et sec, mais jamais caniculaire. La fraîcheur et les pluies reviennent au mois d’août. Ce n’est qu’à la mi septembre que le miracle bordelais intervient cette année encore. Les journées chaudes ont permis la maturation et l’assèchement des grappes et évité les brûlures du soleil. Les nuits fraîches ont peaufiné la maturité des polyphénols.

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

Des notes iodées et de violette apparaissent avec le temps. Au nez, une sensation de fraîcheur et de pureté des arômes. Le palais est moyennement corsé et charnu, avec des tanins mûrs. Bien équilibré, il s’ouvre dans le verre mais ses tanins mettront des années à se fondre.

Lagrange_2007

LE MILLESIME

Le millésime 2007 est caractérisé par un été frais marqué par une pluviométrie importante au printemps et au début de l’été. Le soleil réapparait en Septembre, permettant d’amener le raisin à maturité.

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

Couleur soutenue aux reflets légèrement tuilés, ce vin étonne encore par sa jeunesse. Le nez est complexe sur des notes fumées, de graphite,

réglisse, cassis et mentholées. L’attaque est franche, vivante avec des tanins parfaitement intégrés. Ce vin caractérise l’élégance des vins de Lagrange et démontre la qualité de notre terroir à surpasser la notion même de millésime. Le vin est à son apogée mais pourra vieillir encore de nombreuses années.

Tasting note rédigée en Mai 2020

Lagrange_2006

LE MILLESIME

2006 est une année surprenante, marquée par ses conditions climatiques insolites. Le millésime 2006 a été globalement chaud et sec, avec une pluviométrie très régulière et bien répartie, ce qui a permis à la vigne de mieux supporter les fortes chaleurs de juillet.

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

La couleur est riche et profonde. Le nez est dominé par des fruits frais sans surmaturité, et par des notes toastées. Des nuances d’agrumes se mêlent à l’enveloppe du bois et des aromes de réglisse. En bouche, l’attaque est bien structurée et ample. L’évolution reste virile, très généreuse et  remarquablement puissante. La finale est longue et soyeuse, sans dureté tannique. C’est un millésime typiquement Médocain, mariant l’élégance concentrée et l’onctuoisté, tout en préservant la fraicheur apportée par les superbes Cabernets.

Lagrange_2005

LE MILLESIME

On peut résumer les conditions climatiques du millésime 2005 en trois mots : sécheresse, ensoleillement et amplitude thermique. C’est l’année de tous les superlatifs. Ce millésime restera dans les mémoires des viticulteurs tant les conditions climatiques ont été exceptionnelles.

 

LE MOT DE L’ŒNOLOGUE

Robe sombre avec des reflets rubis pour ce grand millésime étonnant de Jeunesse. Le nez présente des arômes truffés laissant place à des notes plus fruitées : nuances de griotte, cerise noire, réglisse et de cèdre. A l’évolution apparaissent des notes mentholées. L’attaque est riche et vibrante. Le milieu de bouche est suave avec une fraicheur agréable, l’ensemble présente une harmonie et une élégance rare digne des plus grands vins de Saint Julien.